SÉCHAGE POUR LA MUSCULATION, DÉFINITION DES MUSCLES

SÉCHAGE POUR LA MUSCULATION, DÉFINITION DES MUSCLES

L’entraînement intense et la musculation peuvent transformer le corps de manière significative et donner aux muscles un net soulagement. Cependant, dans certains cas, un bodybuilder peut atteindre une masse musculaire suffisante et en même temps acquérir des dépôts de graisse sous-cutanée. Afin de minimiser ce processus et de préserver la structure musculaire, on utilise un certain nombre de mesures qui, en musculation, sont regroupées sous le nom de séchage musculaire.

Il existe plusieurs méthodes par lesquelles le séchage pour la musculation peut apporter des résultats visibles dans la qualité de la définition musculaire. Il s’agit notamment de régimes spéciaux, de l’utilisation de brûleurs de graisse et d’exercices physiques.

Régimes spéciaux.

Un régime spécial ou un régime pendant la période de séchage doit être choisi très soigneusement, car la qualité des muscles et l’état général de l’athlète en dépendent. À cet égard, ces mesures doivent être réalisées sous la supervision d’un spécialiste et suivre ses recommandations. L’idée principale derrière le changement de régime est de réduire la consommation de glucides et d’augmenter la teneur en protéines. Cela doit se faire progressivement. En moyenne, l’ensemble du processus peut prendre de 1,5 à 2 mois.

La première étape de l’assèchement ou du régime pauvre en glucides.
Au début de la période, vous devez organiser votre alimentation de manière à ce que le pourcentage de protéines soit d’environ 50 % et celui des graisses de 15 %. L’apport en glucides doit être réduit à une moyenne de 30 %. Cette restriction de l’organisme en glucides est appelée régime pauvre en glucides. Les aliments qui sont totalement exclus du régime sont : les pâtes, le riz, les pommes de terre, le sucre, les jus de fruits, etc. Il est conseillé de remplacer les graisses animales par des graisses végétales et de prendre en considération les viandes maigres afin d’obtenir la quantité de protéines nécessaire à votre organisme. La viande de bœuf, de veau, de poulet et d’oie est acceptable. Pendant les premières semaines, il y aura une certaine fatigue et un manque d’énergie, qui seront dépensés à partir des réserves précédemment accumulées. Dans la plupart des cas, cet état disparaît au bout de quelques semaines, lorsque le corps s’est adapté à une autre dépense de ressources. Pour soutenir davantage l’organisme, des complexes minéraux spéciaux contenant du potassium et d’autres oligo-éléments sont recommandés. La durée moyenne d’un tel régime est prescrite individuellement pour chaque athlète, mais elle ne doit pas être inférieure à quatre semaines.

La deuxième étape du séchage ou du régime sans glucides.

Pendant cette période, la consommation de protéines augmente, ce qui en pourcentage est de 80%. Il n’est pas toujours possible d’obtenir la quantité requise de protéines par l’alimentation, aussi, après consultation d’un spécialiste, des compléments protéiques spéciaux ou des shakes peuvent être introduits. Il n’est pas possible d’éliminer les glucides à 100%, mais leur quantité doit être réduite autant que possible. Quant aux graisses, la valeur autorisée ne doit pas dépasser 20%.

La troisième étape de l’assèchement ou du régime sans glucides avec retrait des liquides.
Un tel régime ne doit pas dépasser 6 à 7 jours, sinon il peut entraîner une déshydratation partielle. Le principal nutriment pour l’ensemble de l’organisme sera les protéines, car les glucides sont totalement éliminés et les graisses sont présentes en quantités minimes. L’eau distillée est utilisée comme liquide. Il faut garder à l’esprit que le corps perd des micronutriments lorsqu’il élimine des fluides. À cet égard, en consultation avec un spécialiste qualifié, vous devriez choisir non seulement des suppléments de protéines, mais aussi un complexe spécial de micro-éléments de soutien.
La quatrième étape du séchage ou de la récupération musculaire.
Le plus souvent, les entraîneurs amènent cette étape à trois ou quatre jours avant une compétition. Cela est dû au fait qu’en quelques jours, on introduit dans l’alimentation des glucides IG, qui sont en mesure de récupérer la réserve perdue des muscles et d’accentuer leur soulagement.

Brûleurs de graisse.

Les brûleurs de graisse peuvent épargner à un culturiste des régimes exténuants, mais pas le respect de certaines règles diététiques et un entraînement de force approprié.
En termes de composition chimique, les brûleurs de graisse se divisent en deux catégories : ceux qui visent à brûler les cellules graisseuses en augmentant la production de chaleur du corps et ceux qui favorisent l’élimination des dépôts.
Les brûleurs de graisse peuvent contenir des composés tels que des anorexiques, des diurétiques et des antitoxines. Chacun a son propre domaine d’action. Les anorexigènes visent à réduire l’appétit, les diurétiques à éliminer les liquides du corps en urinant, et les antitoxines à normaliser le métabolisme de qualité.
La teneur résiduelle de certains médicaments est détectée lors des contrôles antidopage, il est donc strictement interdit d’en prendre avant les compétitions. La sélection du meilleur agent brûleur de graisse doit être effectuée en fonction de l’entraînement du culturiste et uniquement par un spécialiste qualifié. L’utilisation indépendante et incontrôlée de ces substances peut menacer non seulement l’absence du résultat souhaité, mais aussi l’apparition de conséquences négatives pour l’organisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post